enora_cover
enora_4e_couv

Journal d’Enora de Plusselle – Epub

4.33 sur 5 basé sur 3 votes client
(3 avis client)

3,99

Catégorie : Étiquettes : , , , , , ,

Description du produit

Pour Public AVERTI

Date de parution : Août 2016
Format : Nouvelle
Type : Livre Numérique (ePub, Mobi, PDF)
ISBN : 978-2-9558530-2-3
Résumé :
Dans le Comté de Berengaü, des meurtres morbides s’enchaînent. Cinq enquêteurs traquent Le Boucher qui se plaît à massacrer des femmes enceintes et des nouveau-nés. De jour comme de nuit, les cadavres se multiplient et l’enquête piétine. La Marquise Enora de Plusselle est à l’abri de tous soupçons et met au défi Dieu de l’arrêter dans sa quête salvatrice.

Découvrez les extraits en ligne →

3 avis pour Journal d’Enora de Plusselle – Epub

  1. 4 sur 5

    :

    Je suis contente de pouvoir enfin m’exprimer au sujet de cette nouvelle que j’ai lue voilà de nombreux mois. Les romans d’horreur ont tendance à s’éterniser et laisser trop de temps morts dans la narration. Cette fois il s’agit d’une nouvelle très particulière. Je n’ai jamais rien lu de semblable. Il m’est donc difficile de la comparer, tant son contenu choque et dégoûte.
    Enora est une femme frappée par la folie et la tragédie. Elle commet des actes absolument odieux en se persuadant qu’elle œuvre au nom de Dieu comme pour se cacher à sa propre conscience. Le fait qu’elle s’appelle Amélia en vérité, tout comme moi, donne une dimension plus percutante encore à l’ouvrage. Cette horrible dame partie de rien surprend. On ne peut que la haïr tout d’abord. On espère qu’Edgard va l’arrêter. On souhaite qu’elle paie pour toutes ces atrocités perpétrées sur de pauvres femmes enceintes.
    Cela dit, plus on avance, plus on s’aperçoit qu’Amélia/Enora, a un passé abject qui l’a rendue telle qu’elle est : une meurtrière savourant l’automne de sa vie, aspirant à ce qu’on l’arrête. Malgré tous ses crimes, elle a su m’émouvoir, moi qui l’ai détestée pendant de longues pages.
    Une nouvelle bouleversante à ne pas mettre entre toutes les mains.

  2. 4 sur 5

    :

    Trash et poétique. Une aventure horrifique qui rappelle un peu les errances de la Bathory, la littérature BDSM des années 70′ avec des injonctions modernes qui font plutôt penser à un XIXème teinté de fantastique qu’ a du med fan. L’on y retrouve des thèmes chers à l’auteur et aussi des tranches de vie romancées. Nouvelle atypique qui ose tout et où il ne faut pas trop chercher l’exactitude parfois, mais une intrigue assez bien ficelée. Peut être aurait-il fallu présenter ce « journal » comme purement né de l’esprit dès le départ, afin de ne pas se heurter à l’écriture impossible, tragique du dénouement.

  3. 5 sur 5

    :

    Crade, dégueu, du sexe déjanter, des atrocités et une femme tourmenté. Un plaisir sale mais intense.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *